Aller au contenu principal
Image
Tombe

Le TPG en voie de disparition ?

Malgré une communication volontairement ambigüe, Agnès Buzyn, vient d’enterrer le Tiers Payant Généralisé (TPG). C’est une excellente nouvelle pour les patients et pour les soignants puisque les médecins préservent ainsi leur indépendance face aux assureurs et assurent ainsi leur autonomie de diagnostic et de prescription.
Image
Tombe

L'Etat enterre la liberté

L’avenir s’annonce dangereux et incertain. Incertain pour les générations futures, sur la place que va occuper le soignant à l’avenir. Dangereux par les mesures progressives qui tendent à détruire ce en quoi on croit : la liberté et la qualité.
Image
pantin

Le professionnel de santé, déjà pantin ?

Tant d’attaques en si peu de temps ! Que d’offensives, d'agressions ! C’est comme si, tout semblait s’accélérer. Comme si, la politique sanitaire de ce pays avait décidé de passer à la vitesse supérieure pour détruire un peu plus le système de santé tel que nous le connaissions. Ou pour encore plus mépriser les soignants.
Image
Lutte

Comment agir à son échelle face à la Loi Santé de Marisol Touraine ?

Dire que les professionnels de santé ne se mobilisent pas face aux récentes réformes liberticides, serait complètement FAUX. Ils étaient plusieurs milliers à manifester dans la rue l’année dernière pour s’opposer à la proposition de la Loi Santé de Marisol Touraine. S’en est suivi de nombreuses mobilisations devant l’Assemblée les mois suivants, ainsi qu’un mouvement sans précédent le 13 novembre 2015, jour du Black Friday, qui a encore cette fois-ci réuni l’ensemble des soignants de l’hexagone. Cette mobilisation n’est pas nouvelle. Elle est apparue déjà en 2010, suite à la promulgation de la loi HPST, liberticide (Hôpital Patient Santé Territoire). Un mal qui ne s’arrête jamais.
Image
porte

Le tiers payant généralisé revient par la petite porte !

Et risque de faire grand bruit ! Le Conseil constitutionnel l’avait amputé, mais il revient par derrière, sournoisement. A partir du 1er janvier 2017, plus de 90% des patients pourront bénéficier du tiers payant généralisé (TPG) dans sa globalité, c’est-à-dire à la fois pour la part Sécurité sociale, et la part Complémentaire. Que s’est-il passé alors que nous pensions nous être débarrassés de ce TPG ? Par quel artifice est-il revenu ? A quoi devons-nous nous préparer ? Peut-on encore faire quelque chose ? La réponse est oui, mais uniquement en agissant tous ensemble !
Image
hôpital

La santé, un luxe réservé aux plus riches ?

Le "tout gratuit", cadeau empoisonné pour les patients. Demain, SEULS les plus riches pourront bien se soigner. Le reste de la population aura tout l’inverse.
Image
Spartiate

Soignant, spartiate, même combat

Un combat de longue haleine.  La liberticide Loi Santé a été promulguée, ayant comme porte-étendard le TPG, mais camouflant efficacement d’autres mesures tout aussi dangereuses pour la qualité des soins. Ces dangers, communiqués aux soignants (et avec plus de difficultés auprès des patients), ont permis de réunir et de rassembler les professionnels de santé autour de valeurs communes, et de défendre ensemble notre système de soins.
Image
médecin en dessin

Les premiers ratés du TPG donnent-ils de l'espoir ?

La mise en place du Tiers-Payant Généralisé connaît déjà ses premiers échecs. Un espoir de voir l’échéance du 1er janvier 2017 repoussée ? Pas forcément. Cela fait déjà 5 jours, soit depuis le 1er juillet, que la loi Santé a en effet étendu le bénéfice du tiers payant aux patients en affection longue durée (ALD) et aux femmes enceintes (soit 15 millions de Français, en comptant les bénéficiaires de la CMU et de l’ACS),  qui sont pris en charge à 100 % par l'Assurance maladie.
Image
tiers payant

Tiers-payant Généralisé : disponible mais déjà de nombreux couacs !

Depuis le 1er janvier 2017 le tiers-payant est devenu OBLIGATOIRE pour les femmes enceintes et les personnes touchées par une affection longue durée sur la part Sécurité sociale. Mais ce qui change véritablement depuis ce 1er janvier, c'est que les complémentaires santé « dites responsables et solidaires » ont l’obligation de proposer le tiers-payant sur la part complémentaire. On a vu fleurir les incitations auprès des soignants pour les faire pratiquer ce Tiers Payant : mise à jour des logiciels, courriers de nombreuses mutuelles, plateformes de service de Tiers Payant, sans parler de la communication faite aux assurés. Les acteurs du TP se sont organisés pour une mise en œuvre rapide… Avec déjà, bon nombre de couacs et d’incertitudes !