Le naufrage de la santé française

Facebook 56 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Le système de santé français va mal. Et cela risque de ne pas aller en s’arrangeant. Le plus inquiétant est à venir au vu de la volonté des politiques de continuer vers une paupérisation des soins et un désengagement de la Sécurité sociale.

 

Des tendances inquiétantes

Des cotisations de plus en plus élevées, un désengagement progressif de la Sécurité sociale, une baisse de la qualité des soins, une augmentation du reste à charge pour les patients et un amenuisement significatif de la couverture santé de la population. Voici l’état des lieux actuel du système de santé français. La question est : cela va-t-il changer ? Nous n’en sommes pas si sûr. En effet, on voit se dessiner deux grandes tendances dans tous les milieux politiques. D’une part la volonté de généralisation des complémentaires santé en sus de la Sécurité sociale, et de l’autre la standardisation des contrats. Que vont impliquer ces mouvements semblant être partagés par l’ensemble de la classe dirigeante ?

 

La généralisation des mutuelles pour un désengagement de la Sécurité sociale

Tout d’abord, la généralisation des mutuelles (faire en sorte que chaque français ait une mutuelle) implique la volonté politique de répartir la couverture santé entre Sécurité sociale et « Mutuelles » et l’acceptation de la fatalité : la sécurité sociale devrait se désengager. De plus, la mise en place du Tiers Payant Généralisé va permettre de camoufler ce désengagement, puisque le patient ne va plus avoir qui rembourse les soins. Donc la Sécurité sociale pourra se désengager sans que l’on s’en rende compte, et donc sans faire retomber la faute sur les dirigeants.

Mais à quoi sert ce transfert de responsabilité aux OCAM ? Tout simplement à réduire le déficit de la Sécurité sociale et à augmenter les recettes de l’Etat. En effet, les mutuelles payent des taxes sur leurs contrats (13.27%), les salariés payent l’impôt sur le revenu sur la mutuelle payée par l’entreprise. Donc plus les prix des mutuelles sont élevés, plus la rentrée d’argent est grande. Sans compter la CSG payée par les salariés.

Cette généralisation a tout de même permis de fournir une couverture santé (par des organismes privés) à 400.000 personnes depuis 2016. Cependant, on peut se questionner sur la qualité de cette couverture santé « obligatoire » du fait de la standardisation des contrats.

 

Une standardisation des contrats qui engendre une baisse des garanties

De son côté, la tendance à la standardisation des contrats, poussée par une frénésie réglementaire, engendre une baisse de la qualité de couverture des adhérents. Concrètement, une baisse des remboursements ! Insuffisance des remboursements des contrats ACS, plafonnement des contrats responsables, panier minimum ANI au raz des pâquerettes…

Bref, c’est une fois de plus le patient-assuré qui pâtit de cette situation : ses garanties de mutuelle baissent, ses cotisations de mutuelles vont augmenter, ainsi que ses impôts et son reste à charge.

 

Le consensus politique pour ce système

Cette situation alarmante qui s’installe n’est pas le fait d’un parti ou de la volonté d’un seul, mais bien d’un mouvement collectif de toute la classe politique. Nous devons donc nous unir pour faire entendre notre voix et dire que nous n’acceptons et n’accepterons jamais de brader la médecine en espérant faire des économies sur le dos des professionnels de santé ainsi que des patients. Chez LML, nous tentons, à notre niveau, d’agir pour lutter contre cette évolution.

 

Lutter pour une médecine de qualité accessible à tous

Nous sommes la seule mutuelle engagée, à utiliser la carte avance santé, véritable outil d’opposition contre le TPG. Nous avons mis en place la plateforme Liberté Santé sur laquelle les professionnels de santé peuvent se fédérer pour marquer leur refus des réseaux de soin et de la médecine low cost. Enfin, nous avons mis en place une surcomplémentaire non-responsable pour compenser la perte de couverture engendrée par les contrats responsables essentiellement sur les compléments d’honoraires.

Adhérez à LML pour indiquer ce que vous attendez d’une bonne mutuelle !

Militons ensemble pour une médecine de qualité et indépendante ainsi que pour des soins de qualité et accessibles à tous !

Facebook 56 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail
2 Commentaires

Laisser un commentaire